La tension de la bulle immobilière en France

La tension de la bulle immobilière en France

22 octobre 2019 0 Par Jacky

Avec des crédits immobiliersde plus en plus attractifs, le marché de la pierre est particulièrement tendu en France. Appartement, maison, résidence de luxe et logements en tout genre s’épuisent très facilement. Les nouvelles constructions se font rares, tandis que les besoins augmentent. Une situation qui met le secteur immobilier français dans une sorte de bulle prête à exploser.

Les grandes agglomérations sont les plus affectées

Si la presse vante les mérites d’une tension généralisée dans la bulle immobilière française, ce n’est pas véritablement le cas dans la réalité. En effet, selon les sondages, seules les grandes agglomérations profitent amplement de cette nouvelle tendance. On peut citer entre autres Paris, Lyon,  Strasbourg ou encore Bordeaux. Dans les petites villes, les transactions immobilières se font toujours aussi rares. Selon les experts, « sur 20 villes de France, le pouvoir d’achat immobilier est en constante augmentation dans environ 15 d’entre elles ».

Avec des conditions d’octroie facilitées, les Français sont de plus en plus nombreux à se laisser tenter par le rachat de crédit hypothécaire et les investissements dans la pierre.Pour en savoir plus, vous pouvez visiter ce lien : http://rachat-2-credit.fr/le-rachat-de-credit-hypothecaire/.

Pour 75 % des grandes villes françaises enregistreraient une augmentation du pouvoir d’achat au m².  En 10 ans, le marché a atteint son chiffre record de transaction.

Des possibilités d’investissements différentes d’une ville à une autre

Bien choisir l’emplacement de vos prochains investissements est plus que jamais nécessaires. D’une ville à une autre, les conditions d’accès au logement peuvent varier. À Mans, par exemple ou au Havre ou à Saint-Etienne, vous pouvez vous permettre davantage de faire un investissement intéressant aujourd’hui. La capacité d’achat des investisseurs a en effet augmenté dans ces villes. Par rapport au marché de 2009, vous pouvez acheter 76 à 107 m² en plus au Havre ; 78 à 126 m² en plus à Mans et 48m²de plus à Saint Étienne.

Si vous achetez à Lyon, pour un même budget qu’il y a 10 ans, vous devriez faire avec 45m² en mois, voire 17 à 21 m² en mois à Strasbourg et à Bordeaux. Paris, malgré un prix assez exorbitant n’enregistrement qu’une baisse de 2m² d’investissement pour un même budget qu’en 2009.

Mais avec la chute des crédits immobiliers, dont les taux atteignent actuellement les 1 % en moyenne, voire moins selon le profil, les investisseurs ne rechignent pas. Le nombre de transactionsimmobilières ne cesse d’augmenter en France. Le secteur ne s’est jamais aussi bien porté.